Abstract 2011-1/2 p. 26

Cet article traite de l’application du droit international humanitaire (DIH) et du droit international des droits de l’homme (DIDH) aux opérations de paix et de la pertinence de ces questions pour le jus post bellum. L’auteur souligne en premier lieu les défis dans la définition du jus post bellum en tant que concept juridique, en particulier en ce qui concerne le champ d’application, la relation avec d’autres domaines du droit international et le contenu. Il préconise un jus post bellum comprenant des règles variables résultant de l’application et de l’interaction d’autres domaines du droit. L’auteur analyse ensuite les questions pertinentes de l’applicabilité du DIH et le DIDH dans les opérations de paix. Il soutient que chaque opération de paix dispose d’un cadre juridique distinct, qui peut inclure le DIH et / ou DIDH, et dont le défi est d’établir un accord sur les règles applicables, la manière dont elles interagissent et dont elles doivent être appliquées dans les opérations post-conflictuelles. L’auteur conclu en soulignant que le droit international humanitaire et le droit international des droits de l’homme sont des parties importantes de ce que l’on pourrait appeler un jus post bellum variable.

This article addresses the application of international humanitarian law (IHL) and human rights law (IHRL) in peace operations and how this is relevant to the ius post bellum. The author first highlights the challenges in defining the ius post bellum as a legal concept, in particular as regards scope of application, relationship with other areas of international law and content. He advocates a ius post bellum comprising variable rules resulting from the applicability and interaction of other fields of law. The author then analyzes relevant questions of the applicability of IHL and IHRL in peace operations. He submits that each peace operation has a distinct legal framework, which may include IHL and/or IHRL, and that the challenge is forging agreement on  which rules apply when and on how they interact and should be applied in peace operations. The author concludes that IHL and IHRL are important parts of what one could call a variable ius post bellum.

 
Dernière actualité

Le numéro 2016/1 de la Revue belge de droit international est paru.

Lire la suite

Partagez

Bookmark and Share