Abstract 2011-1/2 p. 9

Depuis quelques années, un mouvement doctrinal cherche à fonder l’existence d’un «droit d’après guerre» à côté ou en creux des règles traditionnelles du jus in bello et du jus ad bellum. Outre les arguments normatifs et tirés de la pratique, les partisans de ce mouvement doctrinal cherche à conférer à leur propre construction une légitimité tirée de l’Histoire du droit des gens. Dans cette contribution, l’auteur examine la pertinence de cette thèse. Au terme d’une analyse de plusieurs auteurs centraux de la littérature du droit des gens, l’auteur conclut qu’il n’existe pas dans cette tradition de droit de la transition du conflit à la paix.

For a few years, some legal scholars have tried to establish a jus post bellum different from traditional jus in bello and jus ad bellum rules. In addition to normative and practically informed arguments, forerunners of the jus post bellum doctrine try to legitimate their theory on the basis of the intellectual history of the law of nations. The existence of a concept of jus post bellum in the literature of the law of nations is scrutinized. After careful examination, the paper concludes that there is no room for jus post bellum in the traditional doctrine of the law of nations.

 
Dernière actualité

Le numéro 2016/1 de la Revue belge de droit international est paru.

Lire la suite

Partagez

Bookmark and Share